The tree of life

Publié le par Thanthan

affiche-tree-of-life.jpgSorti le 18/05/2011
Drame/USA/2011/2h18
Réalisation & Scénario : Terrence Malick. Production : Sarah Green, William Pohlad, Dede Gardner, Grant Hill, Brad Pitt, Nigel Ashcroft, Greg Eliason. Musique : Alexandre Desplat. Interprètes : Brad Pitt, Jessica Chastain, Sean Penn, Hunter McCracken,…

Si ses films sont toujours très attendus, le résultat n’est pas toujours à la hauteur des espérances. En effet, Terrence Malick, excellent réalisateur, se perd parfois (souvent ?) dans ses délires et le public avec. Alors que penser de son dernier projet, Tree of life ?  Casting audacieux, duel Pitt-Penn, des personnages forts,… Bref, sur le papier et en bande-annonce, ça le fait. Une fois dans la salle, beaucoup moins.
Partant du postulat que Dieu existe et qu’il est bonté, pourquoi, diable, celui-ci reprend-Il d’une main si violente ce qu’il a donné de l’autre avec tant d’amour ? Questionnement que l’on poursuivra à travers les yeux d’un aîné turbulent qui voit disparaître son frère si aimant et compréhensif. Quel est donc le raisonnement d’un dieu qui se veut amour, mais qui laisse en vie un être si imparfait, si faible alors qu’il reprend auprès de Lui un autre si comblé ?
Je sens que là, déjà, j’ai perdu des lecteurs. Pour ceux qui lisent toujours ces lignes, passons à la critique.
Verdict mitigé au générique de fin. Si on ne peut décemment pas crier au navet, on ne peut pas non plus crier au génie. Bien sûr, le film est magnifique. Bravo au directeur de la photographie, chaque plan est un tableau peint de main de maître et Malick manie la caméra avec audace et style. Les acteurs sont tous impeccables, justes, vrais. Les gosses sont incroyables. Alors, me direz-vous, où est la couille dans ce pâté ? C’est que d’un coup, cette question simple et magnifiquement mise en scène à travers les yeux de ce gosse ne suffit plus à Malick. Il veut sa Tour de Babel. S’il questionne l’existence de Dieu, il veut aller y voir là-haut pour en être bien sûr. Et là, patatra, on se perd dans un dédale d’images d’explosion de gaz stellaires, de lave en fusion, de remous d’océan, de dinosaures (oui, de dinosaures !), de météorites,… Enfin bref, on vient de zapper sur Ushuaïa planet. Et ça dure, ça dure, ça dure, ça dure, puis ça s’arrête, et, malheureusement, il en remet une couche ! De la belle et grande philosophie de grand magasin.  Ah oui, et pour ceux qui croient à un moment voir Sean Penn dans ce film, c’est loupé aussi. Je crois que toutes ses scènes sont dans la bande-annonce.
Bon, pour les courageux qui seraient toujours tentés d’y aller, rassurez-vous, sur 138 minutesThanthan-Marilyn de pellicule, il y en a quand même 50 d’impressionnantes. Ensuite, c’est de la pure branlette cosmico-poético-théologico-psychologique. Alors qu’après 5 minutes, le postulat du film est compris, pas besoin de surligner chaque idée au fluo. Ce qui s’annonçait comme un grand film est un beau gâchis. Le film, bourré de qualités, s’étouffe avec sa magnificence et reste bouffi d’images orgueilleuses et gratuites. Si Malick termine sa thèse par prouver que Dieu est amour et que l’Amour, c’est Dieu, pour ma part, il prouve surtout que Dieu n’existe pas, sinon ce film ne serait jamais sorti, et qu’en ce bas monde, il n’y a plus d’amour. Même pas du cinéma.
Note : 2/6

 

The-tree-of-life.jpg

Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article

Alex W 27/05/2011 23:49



Enfin un avis négatif qui me donne encore plus envie de le voir, je ne suis pas un fan de Malick, même si je reconnais ses grandes qualités, mais ton avis négatif me plait car je n'aime pas
l'unanimité dans les critiques. Je vais y aller et je te dirais...



max 26/05/2011 11:06



Vous avez fumé la moquette les gars...2/6, 3/6... : )


Je ne suis pas fan non plus des délires mystiques et new-age un peu longuets (surtout vers la fin) de Malick mais il faut avouer que la dimension plastique et émotionnelle de TREE OF LIFE le
place très au-dessus du lot en matière de cinéma! Il y a beaucoup de finesse dans sa façon d'observer ce qui fait que l'on devient qui ont est... Tout cela avec une grâce rare...



Sam's 26/05/2011 10:12



Très bon texte Thanthan, je rejoins ton avis sur cette énoooorme déception! Néanmoins, ma note est un peu moins sévère: 3/6