Minuit à Paris

Publié le par Thanthan

affiche-Minuit-a-Paris.jpgSorti le 15/06/2011
Comédie surréaliste/USA/2011/1h34
Réalisation & Scénario : Woody Allen. Production : Letty Aronson, Jaume Roures, Stephen Tenenbaum. Interprètes : Owen Wilson, Rachel McAdams, Michael Sheen, Marion Cotillard, Kathy Bates,…

Et revoici Woody ! Sacré Woody, il a toujours une blaguounette à nous raconter. Sauf qu’il n’a toujours pas compris que les meilleures sont les plus courtes. En plus cette fois-ci, il se permet d’être un brin cabotin en faisant jouer la femme à Sarko. Bin ouais, il est à Paris, du coup, c’est un peu con de ne pas en profiter. Et puis comme ça, si son film ne marche pas, on en parlera quand même.
Un scénariste hollywoodien (Owen Wilson) rejoint avec son épouse (Rachel McAdams) ses beaux-parents à Paris. L’occasion de faire un peu de tourisme, de revenir à ces quelques mois qu’il passât, plus jeune, dans la capitale française. Un brin de nostalgie l’habite alors qu’un profond questionnement le tourmente: peut-il écrire autre chose qu’un simple script? Un roman, par exemple. Comme Cabrel le fanfaronne si bien, était-ce vraiment mieux avant?
Que dire d’un film de Woody Allen quand on n’est pas fan du bonhomme? Et encore moins de sa clarinette. Pas grand-chose, Midnight in Paris s’oublie aussi vite que l’on vide son paquet de popcorn. Pas dérangeant, mais pas intéressant. Sympathique, voilà, sympathique est l’adjectif juste. On se marre, oui, à force de coups de coude bazardés dans les côtes à chaque vanne. On trouve Paris beau, envoûtant, intriguant. Laissons au moins cela à la capitale, une des rares villes où l’on pouvait tomber sur autant d’artistes en même temps sur l’espace de trois rues et deux estaminets. La galerie de personnages est truculente, surtout Adrian Brody en Salvador Dali. Aaah, ces rhinocéros… Quant à Owen Wilson, il a déjà une tendance à l’Allenisme, mais là, il nous fait une crise carabinée. On dirait tout simplement que Woody a imprimé le visage de Wilson avec son imprimante de bureau et se l’est enfilé sur le visage à l’aide d’un petit élastique et le voilà parti courir les rues de Paris avec Cotillard à son bras. Woody, t’as pas bien dû percer les trous des zyeux de ton masque. Cotillard, on ne peut la définir que comme une greluche, un accent tellement mauvais qu’on ne comprend pas un mot de sa bouche et donnant autant mal à la tête qu’un verre d’absinthe. Bref, une fois les allers et retours sans fin entre le passé, le présent, un café avec Bunùel, un bar avec Hemingway,… le film se termine enfin.Thanthan-Marilyn

Avec presque plus de 20 trames, la pellicule reste sur l’estomac. Heureusement, un petit tour aux toilettes, et on n’en parle plus! Bref, faites-vous un citytrip à Paris et attendez le film en location sur VOD, un dimanche pluvieux, sans foot, terrassé dans votre divan par la crève.
Note : 3/6

 

Minuit-a-Paris.jpg

Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article

samom 26/06/2011 21:40



...et je n'irai pas le voir non plus


ça fait 4-5 films que j'ai décroché


récemment je me suis refais qq succès


ça fait un bien fou



samom 26/06/2011 14:07



salut sam


je crois que tu as trouvé les mots justes


si on est fan, on appréciera forcément (avec qq réserves)


si on ne l'est pas il faudra forcément s'accrocher. Je ne suis pas sûr que son tour des villes d'europe glorifie sa filmographie déjà plus qu'extraordinaire


pour moi woody allen c'est forcément NYC à la limite Londres (Match Point) quant au reste ...


"escrocs mais pas trop", "le sortilège du scorpion de jade" "zelig" "la rose pourpre du caire" etc..... resteront de grands classiques


 


les films des années 2000 marqueront ils ainsi le cinéma ?


 


pas sûr



Sam's 26/06/2011 20:51



En fait, le texte est de Thanthan, j'avais oublié de changer la signature...


Perso je ne l'ai pas encore vu...