Max et les Maximonstres (Where the wild things are)

Publié le par Sam's

affiche-Max-et-les-Maximons.jpgSorti le 30/12/09

Aventure/fantastique/USA/2009/1h41

Réalisation : Spike Jonze. Scénario : Spike Jonze & Dave Eggers d’après l’œuvre de Maurice Sendak. Production: Tom Hanks, Gary Goetzman, Jon Carls, Vicent Landay, Maurice Sendak. Musique : Karen O & Carter Burwell. Interprètes : Max Records, Catherine Keener, Mark Ruffalo, James Gandolfini, Paul Dano, Forest Whitaker,…


Spike Jonze (Dans la peau de John Malkovich, Adaptation) qui adapte le célèbre album illustré de Maurice Sendak, ça n’est pas rien. Surtout que l’auteur de ce conte explorant les peurs enfantines (intitulé Where the wild things are en vo) coproduit la chose et que les Maximonstres en question proviennent du Jim Henson’s creature shop. De quoi réveiller l’enfant qui sommeille en chacun de nous.
Max est un jeune garçon fantaisiste et sensible mais aussi terriblement agité et têtu. Un soir, après s’être disputé avec sa mère, Max fait voile vers une mystérieuse terre habitée par des créatures aux émotions et comportements aussi volatils qu’imprévisibles. Très vite, l’enfant va être couronné roi et promet d’apporter le bonheur auprès de ce peuple pas comme les autres…
A la sortie de la projection de Max et les Maximonstres, on est dépaysé et séduit mais on ne peut hélas aussi cacher une légère déception. Spike Jonze livre ici une adaptation qui respecte l’univers créé par Maurice Sendak en empruntant tout le long du film le point de vue de l’enfant avec, en point de mire, son imaginaire. En résulte un film à la fois étrange et subtil, où les personnages adultes sont quasi-absents (Catherine Keener et Mark Ruffalo n’ont guère plus de cinq minutes de présence à l’écran) et s’effacent carrément pour faire place aux vagabondages et autres enfantillages d’un petit garçon incompris. Espiègle, sensible, solitaire,… chacune des créatures de Max et les Maximonstres sont intrinsèquement liées au jeune héros et en reflètent une part de sa personnalité. Des facettes qui ne seront hélas pas davantage fouillées, pas plus d’ailleurs que le côté obscur des monstres qui se contenteront juste de déclamer un « nous allons te manger » ou piquer une petite crise en brisant quelques arbres pour exprimer leur rage. Face à cette série d’éléments seulement effleurés au cours du récit, on reste sur notre faim lorsque Max retourne à sa maison et retrouve sa maman près de laquelle il dévore son souper « encore tout chaud », courte scène signifiant la fin du métrage. Néanmoins, d’ici là, on aura pu admirer les environnements superbement photographiés du pays des « Maximonstres » et surtout, les monstres eux-mêmes ! Ces gros nounours hybrides (mi-animaux mi-humains géants), conçus dans les ateliers du Jim Henson’s creature shop, nous ramènent avec émotion aux années 80 où les marionnettes faisaient partie intégrante de certains films (Dark Crystal et Labyrinthe en tête). Néanmoins, leur conception même, brillant alliage entre l’old school (animatronique et costumes) et les techniques actuelles (l’utilisation du numérique pour les expressions faciales), font de ces créatures des êtres à part dont l’existence à l’écran n’est jamais remise en question. Un joli petit tour de force technique qui, à l’écran, confère à une certaine poésie. 
Spike Jonze, à défaut de nous offrir un film aussi tarabiscoté que ces deux précédents ouvrages (normal, ce n’est plus Charlie Kaufman à l’écriture), nous propose une agréable récréation avec cette adaptation de l’œuvre de Maurice Sendak. Techniquement au top et aussi singulier que son modèle papier, Max et les Maximonstres est une retranscription réussie qui manque toutefois d’un poil de profondeur et d’émotion pour convaincre totalement en tant qu’objet cinématographique.
Note : 4/6

Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article

Bastien 07/01/2010 11:36


Ouh Sam, tu vas pas m'aimer non plus sur ce coup ^^

Un avant-goût de la critique à venir :

Vieux rêve de Jonze ? C'était pas plutôt une envie de bouffer ? Non parce que là, y a du foutage de gueule dans l'air : et vas-y que j'enfile les stéréotypes, et vas-y que je filme comme un pied,
et vas-y que même les magnifiques décors ne sauvent rien. Et puis le scénar ! Bon sang ! Bonjour la morale ! L'humour est peu présent, et quand il l'est on le brise aussi sec par une séquence
dramatique (j'ai personnellement adoré quand il lance de la terre à un des monstres et qu'il tombe, assez drôle en soi, sauf quand on voit l'énorme plaie ouverte qu'il a après ! Wouaw !). Et le
film rate totalement son public, celui-ci n'existant pas : trop adulte pour les enfants, trop niais pour les ados et adultes. Il y avait plein d'enfants dans la salle, pas un n'a ri, beaucoup se
sont ennuyés. Moi aussi.

Note : * (uniquement les décors et la qualité des monstres)


Sam's 08/01/2010 12:50


Arf, ça ne va pas du tout en ce moment mon cher Bastien!!
Mais n'hésites surtout pas à m'envoyer tes critiques pour illustrer un "pour ou contre", hein!


Columboy 05/01/2010 15:00


cooooool... hâte de le découvrir... j'adore les Tops... tiens je vais m'tenter un Flop2009 pour le feun


Columboy 04/01/2010 21:44


moi je suis très très pour ton avis sur le film... j'ai ressenti quasi la même chose ;)

et à quand ton Top de l'année ?

le mien ici http://www.2c3petitspoints.com/article-montop20-2009-41636321.html


Sam's 05/01/2010 09:36


Oui j'avais vu le tien au moment où tu l'avais posté. Je n'avais pas réagi direct car je l'ai trouvé très impressionnant car très fourni! Tu es ce qu'on appelle un
vrai cinévore l'ami!
Quand au mien, il arrive d'ici un jour ou deux...


samom 30/12/2009 22:22


oui je sais c'est un peu le revers de ma prose parfois
autant je peux être généreux avec un film autant je peux être sans concession,
j'ai souvent du mal à faire dans la demie mesure

mais tu as raison, je vais la garder par devers moi
je ne voudrais pas terminer ou commencer l'année chez toi avec quelque chose de négatif

ton espace est trop bien pour que j'assombrisse le ciel :)


samom 30/12/2009 21:03


et bien je crois que je vais te proposer en "je suis contre"
ma chronique entière car je me suis grave "fais....." si tu n'y vois pas d'inconvnient.


Sam's 30/12/2009 22:11


Non, je n'y vois pas d'inconvénient, même si j'ai lu ta chronique et que je te trouve très dur avec ce film...