Lovely bones

Publié le par Sam's

affiche-Lovely-bones.jpgSorti le 10/02/2010

Drame/Fantastique/USA/G-B/Nouvelle-Zélande/2009/2h08
Réalisation :
Peter Jackson. Scénario : Peter Jackson, Frances Walsh, Philippa Boyens d’après l’œuvre de Alice Sebold. Production : Peter Jackson, Carolynne Cunningham, Aimee Peyronnet, Frances Walsh. Musique : Brian Eno. Interprètes : Saoirse Ronan, Mark Wahlberg, Stanley Tucci, Rachel Weisz, Susan Sarandon,…


Après ses mastodontes qui ont marqué à jamais les rétines des spectateurs (la trilogie du Seigneur des Anneaux, King Kong), Peter Jackson renoue avec un cinéma plus intimiste et du coup forcément moins friqué. Sans aucun doute, l’ombre du magnifique Créatures célestes plane sur Lovely bones et l’on ne va pas s’en plaindre !
Susie Salmon (comme le poisson) est une adolescente de 14 ans avec plein de rêves en tête qui est sur le point de connaître sa première grande histoire d’amour. Hélas, la jeune fille va tomber sur George Harvey, pernicieux voisin qui a décidé de l’assassiner et de dissimuler son corps. Arrachée au monde des vivants, Susie va pourtant continuer à voir les membres de sa famille poursuivre leur existence et va également surveiller son meurtrier ainsi que la progression de l’enquête liée à sa propre disparition…
Hormis son budget modeste et son aspect dramatique, Lovely bones se rapproche également de Créatures célestes par son côté « fait divers » et ses préoccupations appartenant au monde adolescent. Il est dès lors normal que certaines images de l’entre-deux mondes arborent un côté enfantin, naïf, kitsch diront certains, puisqu’elles sont le reflet de l’imaginaire d’une jeune fille habitée par nombre de chimères (rappelons par ailleurs que l’action se déroule dans les années 70, époque lointaine de nos considérations contemporaines). Malgré des effets numériques parfois inégaux, ces séquences paradisiaques s’avèrent donc tout à fait propices et belles, tout simplement. Mais ce serait amputer le film de manière éhontée que de s’arrêter à ce seul aspect. Car Lovely bones possède une dimension drastiquement sombre, qui en fait à la fois un drame émouvant doublé d’un thriller implacable. Il faut voir la manière dont Peter Jackson nous tient en haleine lors de ses séquences tendues, portées de main de maître, il est vrai, par un Stanley Tucci inquiétant à souhait. Face à lui, la petite Saoirse Ronan (Reviens-moi, La cité de l’ombre) se révèle dans son tout premier grand rôle (comme une certaine Kate Winslet à l’époque de Créatures célestes, tiens tiens…). Le reste du casting n’est pas moins efficace avec Mark Wahlberg et Rachel Weisz impeccables en parents affligés et Susan Sarandon dans le rôle un peu plus cocasse de la grand-mère délurée. Outre le fait qu’il adapte un bouquin considéré comme inadaptable (plus encore que Le Seigneur des anneaux), Lovely bones opte pour un mélange de genre ahurissant, passant du mélodrame au fantastique, de la chronique familiale au thriller, de l’histoire d’amour avortée au film de serial killer, le tout saupoudré d’une pincée d’humour au milieu pour détendre un peu l’atmosphère. Et l’ensemble fonctionne parfaitement ! Vous l’aurez peut être compris, Lovely bones est un film de parfait équilibriste, et donc sacrément risqué pour Peter Jackson, qui acquiert au fil des projets de plus en plus de poids (à l’inverse de sa silhouette ^^) et de maturité. Son Tintin est d’ores et déjà attendu avec beaucoup de fébrilité en attendant, peut être un jour, un éventuel retour aux sources horrifiques, comme Sam Raimi avec Drag me to Hell. Ah que ce serait fun, ça !
Projet on ne peut plus risqué et casse-gueule, Lovely bones est sans aucun doute un nouvel exploit à mettre au crédit de Peter Jackson. Entre mélodrame, thriller et fantastique poétique, le réalisateur maîtrise une fois de plus la situation en nous balançant une œuvre unique en son genre que l’on n’est pas prêt d’oublier. Définitivement un grand parmi les grands, ce Peter !
Note : 5/6

Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article