L'imaginarium du Docteur Parnassus

Publié le par Sam's

affiche-l-imaginarium.jpgSorti le 10/02/2010

Fantastique/G-B/Canada/France/2009/2h02

Réalisation : Terry Gilliam. Scénario : Terry Gilliam, Charles McKeown. Production : Amy Gilliam, Samuel Hadida, William Vince, Terry Gilliam. Musique : Jeff & Mychael Danna. Interprètes : Heath Ledger, Christopher Plummer, Lily Cole, Johnny Depp, Jude Law, Colin Farrell,…


Quelques grands cinéastes pointent le bout de leur pellicule en ce début d’année dont le génial Terry Gilliam, très attendu depuis son damné Don Quichotte (qu’il va vraisemblablement remettre en selle). L’imaginarium du Docteur Parnassus est un retour à la fois grand public et bougrement fantaisiste pour le réalisateur de Brazil et c’est tout bénéf’ pour nous, spectateurs.
Une troupe de théâtre ambulant, menée par le Dr Parnassus, propose aux chalands d’entrer dans leur propre imaginaire en traversant un miroir magique. Mille ans plus tôt, Parnassus a fait un pacte avec le Diable, gagnant ainsi son immortalité en échange de sa première fille et ce, dès qu’elle aura atteint l’âge de 16 ans. L’échéance arrivant à son terme, Parnassus va devoir jouer à nouveau avec le Diable pour sauver cette dernière. Entre-temps, Tony, un mystérieux homme qui a tenté de se suicider, rejoint la folle troupe du Docteur…
Jouant une nouvelle fois de malchance, Terry Gilliam a failli ne pas finir son Imaginarium avec la disparition tragique de Heath Ledger qui est survenue au beau milieu du tournage. Heureusement, le réalisateur a pu trouver une alternative et finir son film en remplaçant son acteur principal par trois autres grands noms : Johnny Depp, Jude Law et Colin Farrell. L’histoire se prêtait plutôt bien à cette substitution (le personnage interprété à l’origine par Heath Ledger changeant physiquement d’apparence à chaque fois qu’il traverse le miroir magique), et le résultat ne s’avère absolument pas gênant. Au-delà de cette pirouette assez réussie donc, le nouveau film de Terry Gilliam propose une aventure abondante en idées visuelles, qui illustrent un scénario fantaisiste, parfois obscur (les origines du personnage joué par Heath Ledger) et souvent réjouissant. Les amateurs de l’œuvre de Gilliam ne seront pas dépaysés puisque l’on retrouve énormément d’éléments de ses précédents films, des Monty Python (la scène des flics qui chantent et dansent en porte-jarretelles) à Brazil (l’esprit de liberté), en passant par Time Bandits (le personnage de nain joué par Verne Troyer). Le spectacle est généreux, parfois peut être un peu trop (notamment dans l’utilisation des effets numériques), mais au final on s’amuse franchement devant cet Imaginarium du Docteur Parnassus qui forme un vrai beau moment de cinéma aussi divertissant que réjouissant.
L’imaginarium du Docteur Parnassus est un petit miracle cinématographique qui a failli ne jamais voir le jour et qui possède en outre une réelle personnalité tout en s’avérant parfaitement divertissant (au contraire d’un Frères Grimm trop balisé ou d’un Tideland trop radical). Gilliam fait là son réel come-back et on espère vraiment qu’il va retrouver les faveurs publiques et critiques qu’il mérite tant.
Note : 4/6

Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article