Enter the void

Publié le par Sam's

affiche-Enter-the-void.jpgSorti le 14/07/2010

Drame/fantastique/France/2009/2h40

Réalisation & Scénario : Gaspar Noé. Production : Olivier Delbosc, Vincent Maraval, Marc Missonnier, Gaspar Noé. Musique : Thomas Bangalter. Interprètes : Nathaniel Brown, Pas de la Huerta, Cyril Roy, Masato Tanno,…


Une fois de plus, ce nouveau choc cinématographique signé Gaspar Noé (Seul contre tous, Irréversible) n'est pas là pour nous caresser dans le sens du poil. Pur trip radical et existentiel prenant place dans la lumineuse métropole de Tokyo, Enter the void demande une totale implication de la part du spectateur. Êtes-vous prêts à pénétrer et à être pénétré par cet ultime voyage?
Oscar vit avec sa sœur dans un appartement tokyoïte. Lui, junky de plus en plus accro au DMT, vit de petits deals de drogue tandis qu’elle est stripteaseuse dans un night club. Un soir, Oscar se fait abattre lors d’une descente de police. Son esprit quitte alors son corps mais refuse de quitter le monde des vivants, errant dans la ville et entremêlant passé et présent tout en se cherchant un futur…
Entièrement filmé en vue subjective grâce à une caméra virevoltante (le tour de force technique est impressionnant), Enter the void est un voyage psychédélique qui ne cède devant aucun tabou. Sexe, drogue, inceste et réincarnation, Gaspar Noé va jusqu’au bout de ses intentions, sans rien cacher, afin d'offrir aux spectateurs impliqués un voyage au-delà de la mort (et bien plus) qu'ils ne seront pas prêts d'oublier. C'est qu'il faut un certain courage et une implication totale pour rentrer dans ce trip beau et malsain à la fois qui s'avère  souvent  répétitif (certaines scènes se reproduisent et se ressemblent, prolongeant ainsi le film qui affiche une petite heure de trop à son compteur). Il ne faut pas non plus avoir peur d'être malmené, le réalisateur nous assénant des écrans luminescents et stroboscopiques de plusieurs secondes en pleine tronche. Mais cela fait partie de l'expérience, forcément unique en son genre, et il est certain qu'elle ne conviendra pas à tout le monde. Au-delà de la vie, du sexe et de la mort, Noé filme le vide comme personne à force de visions astrales surplombant les décors et personnages, plongeant sa caméra dans la lumière aveuglante, pénétrant avec son objectif le moindre orifice passant à sa portée. Entrer dans ce vide existentiel c'est rentrer dans un voyage traumatisant et poétique à la fois. Et même si l'on devine où toute cette errance aboutira, on est étonné de constater toute l'intégrité et le jusqu'au-boutisme du cinéaste qui nous offre des visions jusqu'ici rarement (voire jamais) aperçues sur un grand écran. D'ailleurs, d'un point de vue purement visuel, et que l'on adhère ou non au film, force est de constater que la direction artistique ainsi que la photographie (travaillée une fois de plus par Benoît Debie) sont à tomber à la renverse.
Prenant la forme d'un long plan séquence nous plongeant dans les limbes d'une métropole rendue totalement psychédélique, Enter the void est plus que jamais une expérience cinématographique unique en son genre. Et même si le trip tire en longueur, il en vaut largement la peine, à condition de laisser le film de Noé monter dans notre cerveau jusqu'à ce qu'il libère ses effets psychotropes ahurissants. Un putain de trip (parfois limite « bad ») dont on ne ressort pas indemne.
Note : 4/6


Enter-the-void.jpg

Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article

EnfantCheval 15/10/2010 18:30



Il est toujours bon de partager des points de vu !



L'enfant Cheval 23/08/2010 02:45



Je viens juste d'écrire quelque chose sur ce film et de mon côté j'ai été dure. Je trouve que Noé chercher à nous emporter dans un trip mais que ca ne prend pas jsutement parce qu'il en fait des
tonnes. Pourtant comme je le dis dans mon article je n'ai pas de problème avec Noé, ni à rentrer dans des films spéciaux, qu'ils soient dit trash, psychédéliques ou autres. Je suis d'accord
pourtant sur certains points (direction artistique et photographie : sublime) mais pour le coup le côté trip psychédélique n'a pa du tout pris sur moi, pourtant ce n'est pas que j'ai été choqué
ou que j'ai eu du mal a "suivre" les images si je puis dire. Je ne peux pas m'empêcher de penser que Noé s'est planté et perdu !

Dis donc ca relève de l'exploit de laisser un commentaire sur le blog de quelqu'un au risque de laisser des gens voir ce que j'ai écris jusque là car je ne suis pas du tout confiante en mes
articles et en ce que je dis HAHA.



Sam's 23/08/2010 17:11



Le principal est de s'exprimer. Merci de l'avoir fait par ici et donc bienvenue L'enfant cheval!



Alex Waw 15/07/2010 12:54



Moi perso je n'ai pas du tout aimé, ce fut un vrai calvaire visuel... C'est Noé qui s'autoparodie. Il est vraiment teps qu'il tente un autre style car sex drug et deprime ça va sur des chef
d'oeuvre comme "Seul contre tous" ou "Irreverssible" mais là ça commence a faire. Enfin ce n'est que mon avis bien entendu.



Sam's 15/07/2010 19:59



Sûr que le bad trip n'est pas loin. Et même si j'ai mis 4/6, je reste tout de même assez partagé...c'est le genre de film vraiment difficile à critiquer et sur
lequel j'ai du mal à dire si j'ai aimé ou non en fait (la dernière fois que ça m'a fait ça c'était avec Martyrs). Par contre Irréversible, à réévaluer car à
l'époque je n'avais pas été totalement convaincu. Et je dois encore découvrir Seul contre tous même si j'ai vu le court Carne qui en propose les prémices si je
ne m'abuse...



Gally 15/07/2010 10:25



au risque de me faire " lyncher "  ... je n'ai vu aucnun film du sieur Noe , a chaque fois que l'opportunité se présente , je me " défile " , peur d'être trop remuée par ses images , les "
on dit " a propos d'irreversible ou entee the void me mettent a la fois l'eau a la bouche et me font faire deux pas en arriére .. ton article donne furieusement envie de se lancer dans le trip "
enter the void " en tout cas  ...