Cadavres à la pelle (Burke & Hare)

Publié le par Sam's

affiche-Burke-Hare.jpg

Sorti le 28/09/2011

Comédie/Grande-Bretagne/2010/1h31
Réalisation : John Landis. Scénario : Piers Ashworth & Nick Moorcroft. Production: Barnaby Thompson. Musique : Joby Talbot. Interprètes : Simon Pegg, Andy Serkis, Isla Fisher, Tom Wilkinson, Tim Curry,…

Absent des grands écrans depuis plus de douze ans (Susan a un plan), John Landis fait son grand retour avec cette comédie aux effluves morbides, mettant en scène les méfaits du duo Burke & Hare, deux émigrés irlandais coupables de crimes perpétrés à Edimbourg au XIXème siècle. Il est vivement conseillé de rire, ceci est inspiré d’une histoire vraie !
En l’an 1828, Edimbourg connaît un boum scientifique qui profitera à William Burke (Simon Pegg) et William Hare (Andy Serkis), qui décident de monter un commerce illégal de cadavres estampillés « première fraîcheur » qu’ils vendent à prix d’or aux éminents praticiens de la ville pour effectuer diverses dissections.
Burke & Hare (que l’on préférera à l’ignoble « traduction » francophone Cadavres à la pelle) marque donc le retour de John Landis aux affaires cinématographiques, le réalisateur s’étant essentiellement attelé ces dernières années au format télé via les Masters of horrors, Fear itself et autres Enquêteur malgré lui. Fidèle à lui-même, le réalisateur du Loup-garou de Londres mélange une fois de plus les genres, livrant ici une comédie macabre sur fond de romance. A la fois drôle, caustique et même tragique, le film affiche une reconstitution d’époque soignée (il n’y a rien à redire sur les costumes et les décors), soutenue par une superbe photographie aux tendances brumeuses. Dans la peau des deux tueurs en série (17 victimes à leur actif), Simon Pegg et Andy Serkis se révèlent être le choix parfait. Si le premier est fidèle à lui-même, jouant d’ailleurs un peu trop en mode automatique, le second s’avère quant à lui absolument irrésistible, nous prouvant, même si The cottage nous le laissait déjà entrevoir, tout le talent de cet acteur qui refuse, à raison, de se cantonner exclusivement à des prestations en motion capture (Gollum, King Kong et compagnie). Le duo fonctionne ainsi à merveille, Landis ne ménageant guère ses deux trublions, qu’il n’hésite pas à faire courir, chuter, boire, baiser, les mettant dans toutes sortes de situations embarrassantes…mais irrésistibles pour le spectateur. Force est de constater que le maître du genre n’a rien perdu de son talent de metteur en scène, parvenant toujours à faire mouche lorsqu’il s’agit d’enthousiasmer les foules, même si son Burke & Hare souffre par moments de quelques baisses de rythme et qu’il manque un poil d’originalité et d’audace à tout cela. Notons également que le casting est complété par Isla Fisher (The lookout, Rango), Tom Wilkinson (L’exorcisme d’Emily Rose, The Ghost writer), Tim Curry (The Rocky Horror Picture Show, It) ainsi que de sympathiques caméos de Christopher Lee, Bill Bailey, Stephen Merchant, Ray Harryhausen ou encore la famille Costa-Gavras. Déjà rien que cela, c’est que du bonheur!
Landis revient aux affaires avec cette comédie noire tout à fait savoureuse, nous prouvant par-là que son savoir-faire en termes de direction d’acteurs et de mise en scène n’a été en rien ébranlé par ces dernières années exclusivement dédiées à la télé. Célébrons donc ce retour de la plus belle façon qui soit : en allant découvrir Burke & Hare dans les salles obscures qui daigneront le diffuser dès cet été!
Note : 4/6

 

Burke---Hare.jpg

Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article

Alex Waw 28/04/2011 10:04



J'ai beaucoup aimé...



Alex Waw 28/04/2011 09:48



Reés sympa en effet...