Buried

Publié le par Sam's

affiche-Buried.jpgSorti le 03/11/2010
Thriller/Espagne/2010/1h35
Réalisation : Rodrigo Cortés. Scénario: Chris Sparling. Production : Adrian Guerra, Peter Safran. Musique : Victor Reyes. Interprètes : Ryan Reynolds, José Luis Garcia Pérez, Robert Paterson, Stephen Tobolowsky, Samantha Mathis…

Le coup de l’enterré vivant, ça ne remonte pas à hier. Les nombreuses adaptations des récits d’Edgar Allan Poe, entre autres, sont là pour le prouver. Ce petit budget qui nous vient d’Espagne se distingue néanmoins des autres en nous plongeant durant 1h30 non-stop six pieds sous terre, aux côtés d'un civil qui est kidnappé en Irak et qui se réveille enfermé dans un cercueil avec pour seuls objets en sa possession un téléphone portable et un briquet.
Avec son seul et unique protagoniste physique (Ryan Reynolds, ici très convaincant), son décor pour le moins étriqué et son pitch ultra court, on pourrait se dire que Buried ne tiendrait pas une seconde la route sur le format long. Pourtant, point d’ennui à l’horizon, le huis clos du nouveau venu Rodrigo Cortés, fonctionne à merveille et même bien au-delà des espérances. Sans trop dévoiler l'histoire, le film parvient à être réellement oppressant et étouffant en jouant sur des peurs universelles telles que la claustrophobie, l'obscurité, la peur de l'inconnu ou encore l'isolement. L’intelligence du script est également de fonctionner sur l'autosuggestion, laissant libre cours à l'imagination du spectateur, et fustigeant grâce à des dialogues bien sentis (échangés exclusivement par le prisme d’un téléphone portable) l’égoïsme prégnant gangrenant notre société. En outre, le réalisateur se permet quelques mouvements de caméra qui paraissent impossible dans un espace aussi réduit et, malgré l’une ou l’autre invraisemblance, on s’essouffle de plus en plus au cours du film jusqu’au final, qui finit par nous achever littéralement.
Une excellente surprise, donc, que ce huis clos implacable qui prouve qu'il ne faut pas forcément de gros budgets ni d'effets sanguinolents pour parvenir à surprendre et tenir le spectateur en haleine. Cela faisait longtemps qu’un petit film de roublard nous avait bluffé à ce point !
Note : 4/6

 

Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article

max 19/11/2010 11:41



Moi j'aime bien aussi !


A voir au ciné car sur une télé ce n'est pas du tout la même chose, l'aspect immersif et étouffant doit être un peu mis au placard.