Batman Arkham Asylum

Publié le par Sam's

Jusqu’ici, les jeux vidéo inspirés de l’univers créé par Bob Kane n’étaient pas très excitants. Hormis un Lego Batman sympathique mais tellement décalé par rapport à l’univers sombre du héros, les fans attendaient donc logiquement l’arrivée de ce Batman Arkham Asylum des plus prometteurs. Eh bien non seulement Batman AA est sans nul doute le meilleur jeu sur l’univers du Dark Knight mais en plus, il s’impose comme l’un des meilleurs jeu de cette rentrée 2009. Sortez le batarang et jouez-la fine, parce qu’il va falloir sortir indemne de cet enfer qu’est l’asile d’Arkham !
Comme son nom l’indique, le cœur de l’action de Batman Arkham Asylum nous plonge exclusivement au sein du célèbre hôpital psychiatrique où notre célèbre détective a envoyé croupir bon nombre de ses ennemis juré. Et c’est bien entendu par l’entremise du fameux Joker, nemesis ultime du caped crusader, que notre héros va se retrouver piégé dans cet endroit à l’atmosphère on ne peut plus particulière. Une excellente idée de la part des développeurs puisque cette aventure originale nous met face à des adversaires tels que Bane, Killer Croc, L’épouvantail, Harley Quinn ou encore Poison Ivy. Nous retrouvons également la présence de L’homme mystère par le biais d’énigmes parsemées tout au long du périple.


Niveau gameplay, le jeu de Rocksteady se partage entre des séquences d’infiltration intenses et des phases de beat’em all fracassantes. Lors des approches furtives, on bénéficie même d’une vision radiographique permettant de repérer les ennemis et de voir leur état d’anxiété afin d’appréhender de la meilleure des façons notre attaque. Tout l’arsenal et les capacités physiques du Dark knight sont également bien présentes (batarang, gel explosif, grappin, sans oublier les nombreux combos que l’on peut débloquer au fil de l’histoire), ce qui nous donne de nombreuses possibilités pour éliminer tous les sbires du Joker. Il devient dès lors parfaitement jouissif de découvrir toutes les possibilités proposées au fil du jeu, d’autant que la prise en main est parfaite.
Et puis, d’un point de vue graphique, le jeu est une grosse claque, puisque bénéficiant du moteur graphique Unreal 3 (Gears of war 2) offrant ainsi une immersion totale. Seuls de maigres défauts sont à signaler : des phases parfois un peu répétitives, une durée de vie s’étalant sur une petite quinzaine d’heures (ce qui semble être le quota habituel des jeux qui trouent le cul) et des affrontements contre les boss souvent décevants. Quoiqu’il en soit, face aux énormes qualités, on oublie vite ces petits points négatifs. Les fans ultimes se consoleront d’ailleurs aisément avec la foultitude de documents et de fiches de personnages à dénicher, renforçant ainsi toute la mythologie autour de leur héros favoris. Un régal.
Visuellement splendide et mélangeant avec brio action et infiltration, Batman AA est un must have à posséder absolument dans sa ludothèque et ce, que l’on soit fan ou non du héros de chez DC Comics. Un vrai régal sur lequel on reviendra volontiers une fois l’aventure terminée en attendant une hypothétique suite se situant cette fois dans les ruelles sombres de Gotham city. On a hâte !

Publié dans Videogames

Commenter cet article