Slither (Horribilis)

Publié le par Sam's

Horribilis-affiche.jpgHorreur/USA/2006/1h40.
Réalisation et scénario :
James Gunn. Production : Gold Circle Films, Brightlight Pictures et Strike Entretainment. Musique : Tyler Bates. Interprètes : Nathan Fillion, Elizabeth Banks, Michael Rooker, Gregg Henry, Tania Saulnier, Brenda James, Don Thompson,…


Sortant de l’écurie Troma pour laquelle il a notamment écrit le script de Troméo and Juliet, James Gunn est également le scénariste de Scooby-Doo (!) mais surtout de L’armée des morts. Fort de ces expériences et porté par l’amour des séries B des années 80, le bonhomme a mis en scène un premier long métrage qui rappellera de très bons souvenirs aux amateurs de films d’horreur craspecs ne se prenant pas au sérieux.
Wheesly est une petite ville des Etats-Unis comme les autres où cohabitent un maire hystérique (le désopilant Gregg Henry, vu dans Payback et dans de nombreux films de De Palma) et un shérif passant son temps à roupiller. Un patelin tout à fait normal, donc, jusqu’au jour où une météorite décide de venir s’y crasher. Grant (Michael Rooker, le psychopathe de Henry, portrait of a serial killer), un homme riche et respectable, a le malheur d’être le premier à découvrir le caillou interstellaire d’où s’échappe une masse gluante qui va illico lui inoculer un parasite extra-terrestre des plus ravageurs. Totalement sous contrôle et affamé (« viande !, viande ! »), l’homme entre dans une monstrueuse phase de mutation et répand sa progéniture sur les autochtones les transformant ainsi en zombies affamés et destructeurs. Starla (son épouse) et le shérif Pardy n’ont plus qu’à s’armer de courage (et d’un bon shotgun) afin d’éradiquer l’horrible menace.
Une histoire qui promet de laisser votre cerveau au repos, une réalisation sans prise de risque, de l’humour à tout va, des effets gore en veux-tu en voilà et des comédiens en grande forme. Telle est la recette Slither. Généreux en effusions de sang et en fluides dégueulasses de tout genres, ce film d’horreur fait indéniablement penser à La nuit des sangsues, une très honorable série b réalisée en 1986. Et s’il surfe sur l’actuelle vague du retour des films gore (avec les Hostel, The descent et autres Destination finale 3), c’est pour mieux s’en éloigner car, il faut le savoir, le film de James Gunn c’est du Troma friqué, du Z gonflé au B avec tous ce que cela comprend d’idées barrées et de situations rocambolesques. C’est d’ailleurs pas un hasard si l’on retrouve Lloyd Kaufman (le boss de Troma) faire une apparition dans un petit rôle et si, l’espace de quelques secondes, on aperçoit un extrait de The Toxic avenger sur une télévision.
Si l’esprit série Z ne vous fait pas peur ou que vous visionnez tout ce qui se fait en matière d’horreur depuis que vous marchez sur vos deux pattes, n’hésitez pas à vous jeter dans les chairs visqueuses de Slither. Par contre, si votre film favoris est Angélique, marquise des anges ou que vous visionnez en boucle Les choristes, évitez à tout prix cette abomination, sous peine de voir votre petit monde harmonieux s’effondrer comme un château de carte.

Note : 4/6

Publié dans Home Cinema

Commenter cet article

jason13thh 18/04/2007 19:19

J'ai bien aimé, gros hommage aux films des 80's c'est clair et net surtout Night Of The Creeps.C'est assez flagrant.

Trioxine245 27/12/2006 06:34

Génial !

Bastien 16/12/2006 17:35

Comme tu dis, de la série B hilarante, ce côté n'importe quoi qui pris au second degré est irrésistible (l'attaque de la chèvre, surprenante d'idiotie amusante). Evidemment, ça ne fait pas peur, mais est-ce vraiment le but ?

lomok 09/12/2006 21:49

Ave!
Personellement j'ai été un peu déçu par ce film car, sachant que c'était un petit gars de troma derrière la caméra, je rouve le film pas assez culotté ... J'ai une impréssion de retenue ($$$ d'universal oblige??) et  c'est bien dommage car l'idée est assez bonne, la scène dans la maison des fermiers est assez efficace, mais le final est très décevant(j'ai cru voir une fin expédiée à la David de Coteau c'est pour dire...)
Mais bon c'est vrai qu'on rigole bien...