Un prophète

Publié le par Sam's

Sorti le 26/08/2009

Drame/Policier/France/2008/2h35

Réalisation : Jacques Audiard. Scénario : Jacques Audiard, Abdel Raouf Dafri, Nicolas Peufaillit & Thomas Bidegain. Production : Martine Cassinelli. Musique : Alexandre Desplat. Interprètes : Tahar Rahim, Niels Arestrup, Adel Bencherif, Reda Kateb, Hichem Yacoubi,…


Grand Prix au dernier Festival de Cannes, Un prophète n’aligne aucune star à la distribution et propose une intrigue se déroulant dans un univers pas franchement joyeux. Pas vraiment le type de film qu’on a envie de voir lorsque, à peine rentré de vacances, il y a le boulot qui vous saute à la gueule ! Et pourtant, le nouveau long métrage de Jacques Audiard est assurément le meilleur film de genre français de cette année !
Condamné à six ans de prison, Malik El Djebena ne sait ni lire, ni écrire. À son arrivée en Centrale, seul au monde, il paraît plus jeune, plus fragile que les autres détenus. Il a 19 ans. D’emblée, il tombe sous la coupe d’un groupe de prisonniers corses qui fait régner sa loi dans la prison. Le jeune homme apprend vite. Au fil des “missions”, il s’endurcit et gagne la confiance des Corses. Mais, très vite, Malik utilise toute son intelligence pour développer discrètement son propre réseau...
Film carcéral à la française, Un prophète pouvait franchement susciter la crainte des amateurs de films de genre. Mais c’était sans compter sur le talent de Jacques Audiard, réalisateur qui a su allier avec brio film d’amour et polar noir (Sur mes lèvres) ou carrément remaker les américains avec audace (De battre, mon cœur s’est arrêté qui revisite Mélodie pour un tueur de James Toback). Un prophète prend le parti de placer un « héros » d’origine maghrébine en tête d’affiche sans pour autant sombrer dans la caricature du drame sociologique. Porté par le jeune Tahar Rahim, véritable révélation, le rôle de Malik suscita un travail complexe et fouillé tant le personnage évolue au fil du film, passant de l’oppressé forcé de sauver sa peau à l’individu totalement autonome. Le parcours du personnage, dur et violent, est passionnant à suivre, d’autant que le metteur en scène maintient une tension constante tout du long, aidé il est vrai par une photo magnifiquement sombre. L’adrénaline et l’émotion sont au rendez-vous, l’interprétation incroyablement juste (signalons également la prestation de l’impressionnant Niels Arestrup en criminel corse) et la bande-son, ultra travaillée, participent à l’immersion dans cet univers carcéral à la française sans nul autre pareil.
Parfaitement écrit et mis en scène, magnifiquement interprété, Un prophète est l’exemple à suivre en matière de cinéma de genre français. Emotionnellement intense, le nouveau film de Jacques Audiard dégage une atmosphère violente et tendue, rendant le tout cohérent et passionnant tout du long (2h30 quand même !). Avec des cinéastes de cette trempe, le cinéma français ne peut que s’enrichir !
Note : 5/6

Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article