Sex addict (Bad biology)

Publié le par Sam's

Epouvante/Fantastique/USA /2008/1h25
Réalisation : Frank Henenlotter. Scénario : Frank Henenlotter & R.A. Thorburn.  Production: R.A. Thorburn. Musique : Josh Glazer, Prince Paul. Interprètes : Charlee Danielson, Anthony Sneed, Tina Krause, R.A. Thorburn,…


Retour du cinéaste underground trash Frank Henenlotter (Brain Damage, Frankenhooker) derrière la caméra après plus de 15 ans d’absence avec cette œuvre provocatrice et bien fauchée comme il faut. Mais une fois de plus chez le réalisateur, ce n’est pas les moyens qui comptent mais c’est la façon dont on les utilise qui importe!
Photographe professionnelle, Jennifer cherche l’homme qui lui fera atteindre le septième ciel. La femme étant pourvue d’un vagin à sept clitoris (!) qui lui procure un appétit sexuel insatiable, la tâche n’est pas si aisée. C’est même tellement délicat que la femme use littéralement ses amants qui bien souvent trépassent suite aux ébats. Batz, quant à lui, connaît également des difficultés de ce côté-là, puisqu’il dispose d’un organe hyperactif et carrément démesuré qui semble détenir une existence propre. Alors, quand la nymphomane rencontre le bien membré, cela provoque des situations aussi catastrophiques que monstrueuses…
…déjà que les situations n’étaient pas des plus ragoûtantes avant leur rencontre ! Une jeune femme qui achève un amant lors d’un orgasme violent, et qui accouche deux heures plus tard d’un fœtus monstrueux qu’elle laisse crever dans le fond d’une baignoire, c’est ce que l’on peut appeler un début percutant. On est tout de suite rassuré à la vison de ces premières minutes : Henenlotter n’a rien perdu de sa verve provocatrice. Fidèle à ses thèmes d’antan (en mettant en avant la drogue, le cul mais aussi la marginalité et les relations organiques des freaks avec leurs malformations), le réalisateur de Basket Case s’attaque de front aux vicissitudes de la société contemporaine (la recherche du plaisir sexuel absolu et le rejet de l’anormalité en tête). Agressif sur le fond comme sur la forme, Sex addict ne se refuse aucun compromis et tend férocement le majeur à toute convention cinématographique. Budget minime, tournage sauvage dans la rue en équipe réduite, maquillages recyclés, comédiens navrants, décor presque unique, FX numérique cheap… Sex addict est techniquement très pauvre et est peut être l’un des films les plus moches à regarder de son auteur. Mais pourtant, il acquiert notre sympathie grâce à son jusqu’au boutisme et son côté kamikaze qui font plaisir à voir. Le véritable cinéma trash n’est pas mort et Henenlotter compte bien nous le prouver !
En dépit de moyens convenables, Frank Henenlotter joue les survivants du trash en livrant un Sex addict absolument dérangeant et anti-conformiste. Techniquement ce n’est pas très beau, mais pour le déviant qui sommeille en chacun de nous, ça vaut bien un petit coup de b…euh…d’œil !

Note : 2.5/6

Publié dans Home Cinema

Commenter cet article

Triox 27/08/2009 23:06

Franchement pas térrible ! J'adore Henenlotter, mais ce film est franchement un ratage complet !