Hellboy 2: les légions d'or maudites

Publié le par Sam's

Sorti le 22/10/2008


Fantastique/Action/USA/2008/2h

Réalisation: Guillermo Del Toro. Scénario : Guillermo Del Toro & Mike Mignola. Production : Joe Roth, Lawrence Gordon, Lloyd Levin, Mike Richardson. Musique : Danny Elfman. Interprètes : Ron Perlman, Selma Blair, Doug Jones, Jeffrey Tambor, Luke Gross, Anna Walton,…


Le réalisateur à l’appétit filmique insatiable (z’avez vu le nombre de projet qu’il a ?!) Guillermo Del Toro offre une suite sur grand écran aux aventures de « Red » et de ses alliés du BPRD. Epaulé par l’auteur de la BD originale, Mike Mignola, avec lequel il cosigne le scénario, le cinéaste livre avec Hellboy 2 the Golden Army un superbe divertissement, jouissif et généreux comme il faut. Bigger & louder vous dites ? Assurément !

Après qu'une ancienne trêve établie entre le genre humain et le royaume invisible des créatures fantastiques ait été rompue, l'Enfer sur Terre est prêt à émerger. Le Prince Nuada (excellent Luke Gross, qui interprétait le redoutable Nomak dans Blade 2), régnant sur le royaume d'en dessous, renie alors ses origines et s’apprête à réveiller une menace sans précédent : l’armée des légions d’or maudites. Le temps est venu pour Hellboy de combattre un dictateur sans pitié et ses indestructibles légions. Avec ses partenaires du Bureau de Recherche et de Défense sur le Paranormal (B.P.R.D.), à savoir sa flamboyante girlfriend Liz, l'aquatique Abe Sapien et le mystique protoplasmique Johann Krauss, ces alliés voyageront entre notre monde et celui où voguent les créatures les plus innommables. Appartenant aux deux mondes, « Red » devra choisir entre la vie qu'il connaît et une destinée incertaine qui l'attend…

Guillermo Del Toro est un homme généreux doublé d’un véritable fan boy. L’homme parvient à nous prendre par les sentiments, nous émerveiller ou nous amuser en passant avec une facilité déconcertante d’un pur produit commercial (Blade 2) à une œuvre plus intimiste (Le labyrinthe de Pan). Hellboy 2, qui appartient évidemment à la première catégorie, mêle avec brio tous les éléments du gros divertissement fantastique tel qu’on l’aime : de l’action, des monstres, des SFX à foison, de l’humour, des situations surnaturelles incroyables et des personnages attachants dont émane une certaine émotion. Contrairement à la plupart des blockbusters ancrés dans l’univers fantastique, cette suite d’Hellboy amuse, enchante et réjouit tout du long sans provoquer une seule seconde l’ennui chez le spectateur. On le sait, le metteur en scène est un artiste intègre doublé d’un véritable acharné, et le résultat de son travail s’admire sur grand écran avec un plaisir illimité. Combat de tous les instants sur le tournage, Hellboy 2 offre au final, pour un budget inférieur à un Iron Man, infiniment plus. Plus d’action, plus de créatures (le bestiaire est hallucinant), plus d’humour mais aussi plus de profondeur dans le traitement des personnages. Le héros parfaitement interprété par Ron Perlman est plus que jamais attachant et hargneux, et le rapport qu’il entretient avec ses collègues est des plus jubilatoire. Ainsi, Del Toro n’hésite pas à nous montrer, avec risque et péril (celui de tomber dans le ridicule), une scène de ménage entre Red et Liz ou encore une courte beuverie partagée avec Abe Sapien. Les fans du comic book feront peut être la grimace mais pourtant, le désir d’humaniser ces personnages hors normes fonctionne à merveille sous l’œil du réalisateur débonnaire qui se projette plus que jamais dans le personnage d’Hellboy. Plus qu’un gros film à effets spéciaux, Hellboy 2 s’avère donc être un film personnel, incroyablement fun et jouissif, certes, mais aussi parsemé de jolies touches émotives (le plan final s’attardant sur la mine ahurie du héros en est la preuve évidente).

Mais cela ne saute pas forcément aux yeux, le rythme effréné et l’omniprésence de monstres en tous genre à l’écran étant déjà assez captivant en soi. Il est d’ailleurs également important de remarquer que le film assortit avec somptuosité l’esthétique pop des comic books avec un univers fantasy à la fois sombre et enchanteur. Les nombreux maquillages prosthétiques s’allient ainsi avec de superbes effets numériques dans une homogénéité remarquable. Un exemple, parmi tant d’autres, illustrant bien cette parfaite mixité, est le personnage de Johann Krauss. Ce spectre enfermé dans un scaphandre qui peut manipuler toutes sortes d’objets inertes est une jolie réussite artistique bénéficiant à l’écran de quelques mises en situation réjouissantes, comme cette irrésistible scène d’altercation avec Red. Des scènes amusantes comme celle-là, ainsi que des séquences d’action parfaitement lisibles et impressionnantes, le film en contient un bon paquet. Cela étant de plus en plus rare dans l’univers tant formaté du blockbuster que s’en plaindre serait indécent, vous en conviendrez.

Hellboy 2 est un pur divertissement qui s’avère réjouissant à plus d’un titre. Il ne s’agit peut être pas d’un grand chef d’œuvre, il est vrai aussi que le scénario est relativement convenu, mais la générosité et l’empathie dont Guillermo Del Toro fait preuve envers les personnages créé par Mike Mignola (dont il s’est indéniablement fait l’appropriation pour le grand écran) forcent le respect. Les amateurs de grands spectacles foisonnant d’idées et de créatures apprécieront, ça ne fait pas un pli.

Note : 5/6


Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article

nico1980 30/10/2008 15:47

JE FAIT ALLAIS LE VOIR CE SOIR

max 29/10/2008 14:55

C'est encore meilleur à la deuxième vision !!!!

Sam's 29/10/2008 19:04


Hell yeah!


Gally 29/10/2008 10:41

J'devais aller le voir cet apm et un " léger " empêchement me bloque a la maison , j'pourrai pas aller admirer le film de Del Toro avant une huitaine de jours , FAIT CHIER !!!!!!!!!! Ps : pas lu ta critique trés cher Sam's , j'attends d'avoir testé et approuvé avant de lire les réactions des autres  ^^

samom 28/10/2008 22:00

très impatient de le voir