Run, fatboy, run

Publié le par Sam's

Comédie/Grande-Bretagne/2007/1h35

Réalisation: David Schwimmer. Scénario : Michael Ian Black & Simon Pegg. Production : Sarah Curtis, Robert Jones. Musique : Alex Wurman. Interprètes : Simon Pegg, Thandie Newton, Hank Azaria, Dylan Moran, Harish Patel,…

 

Premier long métrage de l’ex-Friends David Schwimmer, Run, Fatboy, Run (brillamment retitré par chez nous Cours toujours Dennis) est directement et très discrètement arrivé depuis un moment chez nos loueurs de dvd favoris. Ayant rencontré un joli succès lors de sa sortie en salles en Angleterre, le film, sans être inoubliable, s’avère très agréable à regarder et ce, grâce à la présence et au charisme singulier d’un seul type: Simon Pegg.

Dennis, pris de panique, quitte sa fiancée le jour de leur mariage. Quelques années plus tard, l’homme n’a qu’une seule obsession : effacer cet acte et regagner celle dont il est éperdument amoureux. Mais celle-ci a refait sa vie avec un businessman. Pour la reconquérir, il se lance un drôle de défi : tenter de courir jusqu'à son terme le marathon de New York.

Egalement co-auteur du script, l’acteur de Shaun of the Dead retient toute l’attention du spectateur dans cette comédie prévisible qui bénéficie en outre d’une mise en scène relativement plate et peu inspirée. Simon Pegg y est drôle et touchant et les efforts commis par son personnage créent des situations assez réjouissantes. Certes, les gags sont pour la plupart déjà vus et on devine aisément quelle sera l’issue de ce récit totalement inoffensif, mais la trombine ainsi que le talent comique de l’acteur british font craquer sans mal nos zygomatiques engourdies. A ses côtés on retrouve une Thandie Newton (Les Chroniques de Riddick) tout à fait charmante et un Hank Azaria (l’une des célèbres voix des Simpson) très à l’aise dans le rôle du mâle dominant.

Même si paradoxalement il manque quelque peu de rythme et de rebondissements dans ce récit accumulant les poncifs, Simon Pegg ne nous fait absolument pas regretter le déplacement. A coup sûr, le réalisateur peut le remercier…et le spectateur n’a plus qu’à succomber à son talent.

Note : 3/6

 

Publié dans Home Cinema

Commenter cet article

Gally 11/10/2008 07:25

Clairement pas LE film du siécle , l'humour est bien gras et lourd voire crade ( le coup du bubon sur le pied >_< ) , y'a un gros probléme de rythme mais j'peux pas résister a Simon Pegg moua , je l'adore ce mec ... 

Sam's 12/10/2008 11:43


Il est effectivement irrésistible, tout le film tient sur ses épaules.