Gomorra

Publié le par Sam's

Sorti le 03/09/2008


Crime/Drame/Italie/2008/2h17

Réalisation: Matteo Garrone. Scénario : Maurizio Braucci, Ugo Chiti, Gianni Di Gregorio, Matteo Garrone, Massimo Gaudioso & Roberto Saviano d’après l’œuvre de Roberto Saviano. Production : Domenico Procacci. Musique : Matthew Herbert. Interprètes : Salvatore Abruzzese, Gianfelice Imparato, Maria Nazionale, Toni Servillo, Carmine Paternoster, Salvatore Cantalupo,…

 

Adaptation du roman éponyme de Roberto Saviano qui décrivait de manière remarquable le système Camorra, l’organisation criminelle la plus importante d’Europe qui règne sur Naples, Gomorra propose une plongée toute aussi percutante dans ce milieu oppressant et violent. Un véritable coup de poing qui n’usurpe pas son Grand Prix au 61ème Festival de Cannes.

"On ne partage pas un empire d'une poignée de main, on le découpe au couteau." Cet empire, c'est Naples et la Campanie. Gomorrhe aux mains de la Camorra. Là-bas, une seule loi : la violence. Un seul langage : les armes. Un seul rêve : le pouvoir. Une seule ivresse : le sang. Nous assistons à quelques jours de la vie des habitants de ce monde impitoyable.

Matteo Garrone impose une réalisation dénuée de tous cadrages alambiqués et de beaux mouvements de caméra pour pénétrer de la manière la plus froide et réaliste possible dans cette guerre des clans et de trafics en tous genres. De manière ultra réaliste et impitoyable, nous suivons les destins croisés de Toto, Don Ciro & Maria, Franco & Roberto, Pasquale ainsi que Marco & Ciro dans leurs activités exposées directement ou insidieusement à une pression psychologiquement et, souvent, physiquement mortelle. De la petite frappe sous influence désirant atteindre les sommets à la manière de Scarface à l’adolescent qui rentre dans le milieu façon Les Affranchis en passant par les habitants vivant et ressentant les conséquences d’une ville gangrenée par les magouilles et commerces illicites, le film nous plonge dans un enfer urbain sans échappatoire. Si on pense inévitablement au cinéma de Scorsese, le style rugueux et documentaire du réalisateur porte Gomorra vers d’autres horizons, à cent mille lieues du glamour, du pouvoir et de ce que cela peut avoir de grisant. Ici, c’est la misère, l’oppression et la mort qui priment, rien d’excitant là-dedans, donc. Le film de Matteo Garrone démonte le mythe créé par de tels films en proposant une nouvelle facette de la criminalité au cinéma : réaliste, juste et sans compromis. Cette image n’est peut être pas belle mais cette criminalité est omniprésente et ses effets se répercutent partout dans le monde (trafic de drogue en provenance du Maghreb ou d’Amérique du Sud, prostitution internationale, contrebande en tous genre,…). Parfois, l’un ou l’autre évènement émerge et nous ouvre les yeux (le scandale des déchets), parfois, c’est une œuvre qui nous interpelle et nous percute de plein fouet. Cette œuvre, c’est Gomorra.

Gomorra est l’un des tous grands films de cette rentrée 2008. Son approche documentaire ainsi que son ton glacial fait froid dans le dos et marque les esprits. Plus que du cinéma, il s’agit d’un cri politique qui choque et interpelle le spectateur. Immanquable.

Note : 4.5/6

 

Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article

Cachou 17/09/2008 22:22

En parcourant ton blog ces derniers jours, j'ai vu qu'on avait beaucoup de goûts en commun. Mais là, nos impressions sont diamétralement opposées. Peut-être parce qu'en tant qu'italienne, j'étais déjà au courant de la problématique, ou peut-être parce que je ne suis pas sensible aux films sociaux "à la Rosetta", mais "Gomorra" ne m'a secouée que pendant 10-15 minutes. Le reste du temps, je me suis littéralement embêtée. Ainsi que la personne qui m'accompagnait d'ailleurs. J'avoue avoir beaucoup de mal à comprendre ce qui peut plaire autant dans ce film... Mais comme mon opinion semble être minoritaire, je suppose être passée à côté de quelque chose qui aurait dû me marquer...

Sam's 20/09/2008 18:58


Le style âpre, sociologique et réaliste sur le fond comme sur la forme n'est pas séduisant et peut en effet être rejeté. Par contre, puisque tu cites Rosetta, là j'uis
pas hyper emballé, n'appréciant que moyennement le cinéma des frères... Mais bon, les gouts et les couleurs, hein ;)


samom 17/09/2008 22:22

je vais surveiller la bibliothèque près de chez moiplusbonne nuit

samom 17/09/2008 21:46

c'est le film qui me le plus envie en ce moment (je suis un fan de ces sujets là) et que je n'arrive pas à voir.ta chronique me donne envie encore plus de le voir. ps : va-tu lire le livre ?  (en général les oeuvres écrites sont beaucoup plus détaillées).

Sam's 17/09/2008 22:10


Je n'ai pas lu le livre et je ne crois pas que je vais m'y mettre...tellement d'autres trucs à faire et à voir...mais si on me l'offre, je m'y plongerai
volontiers!