D-War

Publié le par Sam's

Action/fantastique/Corée du Sud/2007/1h30

Réalisation & Scénario : Shim Hyung-rae. Production : James B. Kang. Musique : Steve Jablonsky. Interprètes : Jason Behr, Amanda Brooks, Craig Robinson, Robert Foster, Aimee Garcia,…

 

Un film avec plein des stremon géants qui foutent la pagaille à Los Angeles, ça vous dit ? C’est pas très profond, c’est bourré de SFX numériques et ça passe le temps, vous verrez. Alors, prêts pour l’action de D-War ? Ok, c’est parti ! (mais il est inutile de venir se plaindre ensuite, la maison ne rembourse pas les frais opérés).

Selon une vieille légende coréenne, de terribles et mystérieuses créatures dévasteront un jour la terre. Et comme vous vous en doutez, cela va se produire de nos jours, à Los Angeles, où un journaliste va tomber nez à nez avec son destin et un serpent géant venu foutre le souk.

D-War, dans sa grande inspiration, bouffe à tous les râteliers. Avec son scénar complètement nul et sa mise en scène dépourvue de tout souffle épique, le film conte la sempiternelle histoire du bien contre le mal, le destin inexorable d’êtres choisis (ils en ont d’la chance !) et le combat qui doit avoir lieu pour délivrer le monde du chaos. A l’écran ça donne un Robert Forster (Vigilante, Jackie Brown) qui se demande ce qu’il fout là mais qui s’applique tout de même à nous expliquer cette passionnante histoire, suivi d’un Jason Behr (Skinwalkers) mono expressif fuyant le serpent géant qui veut mordre sa nouvelle camarade, avec en prime un type également à leurs basques qui a copié la dégaine de Sauron dans Lord of the Rings. Y a d’ailleurs pas que ça qui est pompé sur la trilogie de Peter Jackson, puisque les bastons et certaines créatures tentent de faire illusion dans ce gros bordel dénué de toute personnalité. En vain, certains Fx pas toujours très réussis, évoquent d’ailleurs davantage des cinématiques de consoles next gen plutôt que des morceaux de bravoure cinématographiques. Bon, malgré tout, il y a l’un ou l’autre moment distrayant en terme d’invasion monstrueuse et de destruction gigantesque, mais rien d’inoubliable toutefois. Le final opposant deux serpents-dragons colossaux aurait été lui aussi très sympathique si la séquence ne bénéficiait pas d’un éclairage horriblement sombre d’où on ne distingue que très peu de choses. Plutôt foireux, donc.

D-War propose un gros scénar-foutoir prétexte à faire dévaler du monstre géant dans les rues de L.A. On espère alors déconnecter son cerveau et profiter d’un bon moment de détente mais des effets spéciaux pas toujours très réussis et un manque cruel d’implication de la part d’acteurs qui cachetonnent finissent par lasser plus qu’autre chose. Navrant.

Note : 1/6

 

Publié dans Home Cinema

Commenter cet article

samom 10/09/2008 23:28

je vais proposer cette séquence de l'attaque de la ville très prochainement sur mon blogc'est le seul passage qui vaut le coupet comme référence j'utiliserai l'article de sam's en lien car il écrit bien mieux que moi sur ce couo làplus les ami(e)s

Isokilla 10/09/2008 23:24

le dragon du lac de feu a tout de même bien vieillit, mate plutôt coeur de dragon..... non je déconne sérieux je pene que le règne du feu est vraiment très bien fait.Sinon je trouve que pour le budget, les dix minutes de l'attaque de la ville sont excellentes, aprè le reste no comment...

samom 10/09/2008 18:38

un genre exploiré semble-t-ilet j'ai trouvé eragon complétement nazeplus fab

Sam's 10/09/2008 22:39


Aaaaaah Le dragon du lac de feu, une vraie petite merveille ça!


Movie 10/09/2008 00:07

je te dirai qu'il en existe pas non plus des tonnes aussi !!! UN excellent à l'ancienne qui est un Disney et qui est loin d'être un film pour gosse c'est Le dragon du lac de feu !!! Sinon le premier Coeur de Dragon est soigné mais oublie le 2 c'est un dtv tout naze juste pour les gosses !!! Sinon je te rejoins, jusqu'à présent mon préféré est également Le reigne du feu !!!

samom 09/09/2008 21:48

c'est vrai j'ai fait du dix minutes à la louchej'avais oublié le final tordant.....niveau dragon, le meilleur reste "le régne du feu" (vous me direz j'en ai pas vu des masses non plus)