L'incroyable Hulk

Publié le par Sam's

Sorti le 25/06/2008

Action/Fantastique/USA/2008/1h52
Réalisation:
Louis Leterrier. Scénario : Zak Penn. Production : Avi Arad, Kevin Feige, Gale Anne Hurd. Musique : Craig Armstrong. Interprètes : Edward Norton, Liv Tyler, Tim Roth, William Hurt, Lou Ferrigno,…

 

Qu’est-ce qui est énorme, turgescent et qui fait péter les coutures des pantalons quand on l’excite? Hulk pardi ! (On est sur un site dédié au cinéma, un peu de tenue, voyons !). Ce nouveau départ cinématographique pour le géant vert bénéficie d’une toute nouvelle équipe et d’une thématique (trop) similaire à la série télé des années 80. Un renouveau de taille ? Bof…
Réfugié au Brésil, le scientifique Bruce Banner poursuit ses recherches afin d’éliminer la bête qui sommeille en lui. La force surhumaine de Hulk, générée par les radiations gamma, attire le Général Ross ainsi que son bras droit Blonsky qui rêvent de créer des super soldats. Perpétuellement en fuite, Banner revient aux Etats-Unis et retrouve son amour Betty Ross (ouais, c’est la fille de l’autre) ainsi qu’un ennemi de taille en la personne de Blonsky, devenu l’Abomination suite à l’injection d’un sérum expérimental. L’instant est venu pour les gros monstres de se foutre sur la gueule.
Bon alors, ça partait déjà mal avec Leterrier aux commandes (Le Transporteur quand même, hein) mais si en plus les scénaristes et les producteurs ne font aucun effort pour relever la sauce, c’est peine perdue. Ne cherchez au final rien de plus que ce que vous avez pu voir dans les bandes-annonces. Pourtant, le début du film n’est pas trop mal avec son intro retraçant (trop) brièvement les évènements qui ont provoqués la fuite de Bruce Banner, suivie peu de temps après par une efficace poursuite dans les favelas. Ensuite, l’incident se reproduit, l’homme se transforme en Hulk, demande qu’on lui fiche la paix, puis se retrouve à moitié à poil le lendemain en cherchant un nouveau futal à se mettre. Il revient aux States, fait des papouilles à Betty Ross (Liv Tyler dans le sempiternel et merdique rôle de la fiancée du héros, tant pis pour elle), se retransforme en Hulk pour résister à l’assaut du général Ross, rechange de futal le lendemain (la moitié du budget y est passé), affronte dans le duel final Blonsky (Tim Roth assure mais il aurait mieux fait d’éviter cette galère) transformé pour l’occasion en Abomination, un combat que le géant vert remporte, bien évidemment. Sur ce, Hulk se barre en courant et on imagine que le lendemain, il a encore dû changer de froc. En tous cas, il est reparti s’isoler dans un endroit relativement zen où il pourra contrôler son pouvoir. En guise de dessert, Tony Stark (mais oui,
Iron Man, souvenez-vous, c’était quand même mieux, non ?) vient voler la vedette à tout le monde en nous confirmant qu’il est prêt pour une association (Les Vengeurs que ça s’appelle, en principe). L’idée est séduisante mais si avant ça on doit se taper des suites ou des (re)commencements aussi banals et impersonnels que cet Incroyable Hulk, on aura vite fait de déserter les salles pour plutôt se replonger dans les comics !
A aucun moment le film de Leterrier (ou le film des exécutifs, devrais-je plutôt dire) ne surprend ou n’innove. A peine arrive-t-il à divertir lors de l’une ou l’autre scène d’action. L’incroyable Hulk est donc bien ce que l’on craignait : un pur produit formaté qui laisse totalement indifférent et qui n’arrive pas, contrairement à
Iron Man, à séduire ni à divertir un tant soit peu de façon convaincante. En attendant, on peut toujours vaquer à ses fantasmes pour passer le temps, comme celui de voir un jour sur grand écran la rencontre de Hulk et de She-Hulk ! Craquements de sous-vêtements assurés sur ce coup-là!
Note : 2/6

Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article

max 02/07/2008 20:16

on est en phase a propos de ce film...

Sam's 03/07/2008 19:05


Ah! ça faisait longtemps, tiens!