Doomsday

Publié le par Sam's

Sortie le 16/04/2008

Action/Grande-Bretagne/2008/1h45
Réalisation & Scénario:
Neil Marshall. Production : Benedict Carver, Steven Paul. Musique : Tyler Bates. Interprètes : Rhona Mitra, Bob Hoskins, Adrian Lester, Alexander Siddig, Malcolm McDowell,…


Après le film de loup-garou et le survival furieux, Neil Marshall s’attaque cette fois au genre post-apocalyptique. Sans réaliser le film du siècle, le metteur en scène signe là un film hyper jouissif qui ravira en premier lieu les passionnés de série B des eighties. Un film de fan fait pour les fans, donc.
Suite à une abominable épidémie, le gouvernement érige un mur infranchissable qui isole L’Ecosse, devenue désormais un no man’s land barbare et violent. Mais ces mesures s’avèrent quelque peu vaine puisque le virus réapparaît 30 ans plus tard au cœur de Londres. C’est alors qu’un commando de choc est envoyé dans la zone interdite afin d’y trouver un éventuel vaccin…
Pas une seule seconde à perdre, faut que ça pète ! Le réalisateur britannique n’est pas là pour disserter sur l’état de ce monde, il est là pour aller droit au but et nous en mettre plein les mirettes. Du coup, les personnages n’ont que peu de consistance et le scénario empile les moments de bravoure en évitant soigneusement les longs dialogues soporifiques tout en ne se souciant guère des incohérences. Ce n’est absolument pas profond et c’est parfois too much mais c’est tellement généreux qu’on s’en tape. Neil Marshall va même jusqu’à jouer de l’anachronisme sans éprouver aucune gêne. La première partie du film est un bel hommage au New York 1997 de Carpenter tandis que la seconde est elle ancrée dans le médiéval, faisant là référence à Excalibur et pour terminer, la poursuite finale (et infernale) fait quant à elle écho à Mad Max. Rhona Mitra trouve ici son rôle le plus marquant mais ce personnage de Snake Plissken féminin manque toutefois d’ampleur pour prétendre rivaliser avec l’anti-héros si bien interprété par Kurt Russell.

La générosité excessive de Marshall ne pouvait se suffire à elle-même. Quelque chose devait foirer. N’empêche, ça saigne, ça cogne, ça explose, plus d’une scène dépotent sévèrement et marquent les esprits (la barbecue humain, la poursuite finale), ce qui fait qu’on s’éclate comme des petits fous devant ce non-stop action movie qui n’oublie pas d’être violent. Le pied.
Note : 4/6


Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article

locutus57 14/09/2008 13:19

un post apo avec des punks cannibaleset une course poursuite avec des voitures modifiés. Quel plaisir de se retrouver dans les années 80.

Gilles Penso 09/06/2008 20:47

Un bon vieux revival de Mad Max 2 et de New York 1997, comme au bon vieux temps des Guerriers du Bronx et des Prédateurs du Futur. C'est jouissif, décomplexé et sacrément bien rythmé.

Crevette Zombie 06/04/2008 14:31

si vous avez faim...manger votre pote! lol

Crevette Zombie 06/04/2008 14:30

du bon gros nawak mais j'ai été le voir hier, j'ai bien kiffer mais franchement les cyber punk contre les chevaliers dans un monde infecter par un virus exterminateur fallait osé! Heureusement que je suis nostaligique de mad max, c'est le seul interet sinon c'est un bonne grosse daube!