Wilderness

Publié le par Sam's

affiche-Wilderness.jpgSurvival/G-B/2006/1h34
Réalisation :
Michael J. Bassett. Scénario : Dario Poloni. Production : Robert Bernstein, John McDonnell, Douglas Rae. Musique : Mark Thomas. Interprètes : Sean Pertwee, Alex Reid, Toby Kebbell, Stephen Wight, Lenora Crichlow,…


Voilà un nouveau petit survival en provenance d’Angleterre qui ne manque pas de voracité. Il s’agit du second long métrage de Michael J. Bassett, qui avait pondu La Tranchée (Deathwatch) il y a une poignée d’années. Ca charcle toujours à donf chez les anglais !
Suite au suicide d’un des leurs, de jeunes délinquants sont envoyés sur une île pour un stage de réinsertion et d’apprentissage de la survie en groupe. Mais la leçon va vite tourner au carnage puisqu’ils vont être pourchassées par des chiens dressés pour tuer dirigés par un mystérieux psychopathe…
Des jeunes plongés dans un cadre verdoyant qui sera bien vite tâché par de belles gerbes de sang, ça me rappelle quelque chose…. Bien sûr, à la vision de Wilderness, on pense à pas mal de films : Dog Soldiers, Severance, Delivrance ou bien même Predator. Et bien évidemment, Michael J. Bassett n’évite pas certains clichés. Cependant, le film parvient à susciter de l’intérêt grâce à certains éléments. D’abord, le récit s’avère très sérieux et réaliste. On n’est pas là pour rigoler ou pour voir des mises à mort complètement surréalistes, la pression est constante et les morts doivent être brutales. En cela, c’est assez réussi et les tueries s’avèrent bien sadiques, le metteur en scène n’hésitant jamais à éclabousser sa caméra. A ce niveau, c’est bonnard. Le second élément sympa se situe dans la présence des chiens tueurs qui remplissent plutôt bien leurs rôles. Ca nous offre notamment une très chouette scène sur la plage (il aurait quand même pu leur apprendre à nager ce con de dresseur !) et surtout une attaque bien gouleyante au pied d’un arbre. Anecdote amusante : le réalisateur lui-même s’est fait bouffer les bras et les jambes (rembourrées, bien sûr) lors de cette scène pour obtenir un résultat encore plus réaliste et nerveux. L’intéressé s’exprime d’ailleurs à ce sujet dans l’interview du dvd : « j’ai eu quelques bleus lors de cette scène mais au sinon les bêtes étaient très câlines et jouasses ». Tu parles ! A voir le résultat à l’écran, on n’a pas trop envie de les taquiner, Rintintin et ses potes !

Wilderness est un bon petit survival bien vénère et brutal. Il n’est pas inoubliable mais comporte son lot de bonnes scènes gores. Avec ce deuxième film à budget limité, Michael J. Bassett se débrouille donc pas trop mal jusqu’ici et son prochain film, bien plus friqué celui-là, s’avère carrément alléchant : un grand film de Dark Fantasy adapté de Robert A. Howard (Conan) et se nommant Salomon Kane. A mon avis, on va vite reparler de ce bonhomme…
Note : 3.5/6

undefined

Publié dans Home Cinema

Commenter cet article

Gally 13/12/2007 19:39

Il est sur ma liste des films a voir dés que possible celui la !