Black Snake Moan

Publié le par Sam's

affiche-Black-Snake-Moan.jpgDrame musical/Romance/USA/2006/1h56
Réalisation & Scénario:
Craig Brewer. Production : John Singleton, Stephanie Allain. Musique : Scott Bomar. Interprètes : Samuel L. Jackson, Christina Ricci, Justin Timberlake, S. Epatha Merkerson, John Cothran Jr., David Banner,…


Après le rap avec Hustle & Flow (pas vu, paraît que c’est très bien), le réalisateur Craig Brewer dédie son nouveau film au blues. Derrière une superbe affiche qui pourrait faire penser à un film d’exploitation genre WIP (Women in Prison) se cache en fait une ode à la vie et à ses coups durs. Une œuvre belle et triste à la fois, un fiévreux concert de blues d’1h56 déguisé en film au casting attirant.
Le blues a toujours fait partie de Lazarus. Quand celui-ci se fait larguer et qu’il se retrouve seul dans sa petite ferme, c’est dans la musique qu’il peut expurger ses douleurs. Un matin, son destin croise celui de Rae, une fille qu’il retrouve allongée sur la route, le corps recouvert d’ecchymoses. Tout le monde connaît la fille, une véritable nymphomane qui chasse ses angoisses par une forte consommation de drogue et de sexe. Après l’avoir recueillie et guérie, Lazarus entreprend de la guérir, de l’aider à chasser ses propres démons. Mais il sait que la fille ne se laissera pas faire et il décide de l’enchaîner. Entre eux, une complicité va naître et tous deux vont tenter de se libérer de leurs souffrances, de leur passé, de leur « serpent noir ».
Rarement une rencontre entre deux âmes blessées n’aura été aussi troublante. D’un côté le bluesman aigri et pieux (mais qui a néanmoins ses excès de violence), et de l’autre la nympho chtarbée séparée de son amoureux qui est parti à la guerre. Dans Black Snake Moan, le sexe s’oppose à la religion, la violence laisse la place à la sérénité et la musique rythme l’ensemble. Craig Brewer maîtrise son sujet, aime ses personnages et les amène là où il le désire (même si la fin peut paraître trop heureuse). Son film contient plein de bonnes idées de mise en scène, certaines séquences étant inoubliables (voir l’excellente intro ou bien la frissonnante séquence où Lazarus interprète le morceau « Black Snake Moan, pour ne citer que ces deux exemples). Impossible de rester de marbre devant les deux personnages principaux magistralement interprétés par un Samuel L. Jackson en état de grâce et une Christina Ricci méconnaissable. A signaler également la très bonne prestation de Justin Timberlake où le chanteur confirme tout le bien qu’on pouvait penser de lui après son rôle dans Alpha Dog (mais arrête donc de nous casser les oreilles et consacre-toi entièrement au cinoche, mon pote !). Black Snake Moan contient plus d’une qualité (la photo est également superbe et il est inutile de préciser que la B.O. est énorme) alors, comme quasiment tout le monde l’a loupé au ciné (une nouvelle fois, bravo messieurs les distributeurs), c’est le moment de se jeter sur le dvd.

Black Snake Moan est un film unique et inclassable. Drame, film musical, comédie, romance, le film de Brewer est en tout cas très prenant et intense. Le genre d’expérience qu’on aurait aimé vivre dans une salle de cinéma.
Note : 4.5/6

Black-Snake-Moan.jpg

Publié dans Home Cinema

Commenter cet article

Triox 29/11/2007 07:42

Sympa c'est vrai ! Surtout l'ex tite grosse que j'adore et qui fait partie de mes actrices favorite !