Halloween

Publié le par Sam's

affiche-Halloween.jpgSorti le 31/10/2007

Epouvante/2007/1h46
Réalisation et Scénario:
Rob Zombie d’après l’œuvre de Debra Hill et John Carpenter. Production : Malek Akkad, Andy Gould, Rob Zombie. Musique : Tyler Bates. Interprètes : Daeg Faerch, Malcolm McDowell, Tyler Mane, Scout Taylor-Compton, Sheri Moon Zombie,…


Tout juste un an après être revenu sur le chef d’œuvre de John Carpenter, me voici en train d’écrire sur le remake de Rob Zombie qui déboule aujourd’hui sur les écrans belges. Actuellement, la notion de remake m’agace terriblement alors imaginez bien qu’un remake d’un film de Big John, ça à tendance à carrément me révolter. Pourtant, celui-ci avait réussit à susciter chez moi une attente toute fébrile. La raison ? Tout simplement le fait que ce soit Rob Zombie derrière. Soit un vrai fan du genre et un vrai artiste touche à tout. Alors, évidemment et sans surprise, le film n’est pas mieux que son incontournable modèle mais cela ne l’empêche pas d’être foutrement réjouissant !
Un soir d’Halloween, l’existence déjà bien perturbée du petit Michael Myers bascule dans l’horreur. Tourmenté à l’extrême, le gosse assassine froidement presque tous les membres de sa famille. Suite au drame, il est pris sous l’aile du Docteur Samuel Loomis et grandit dès lors dans l’hôpital psychiatrique de Smith’s Grove. Quinze ans plus tard, Michael parvient à s’échapper de l’enceinte lors d’un transfert et revient sur les lieux du crime. Devenu une solide machine à tuer, il compte bien retrouver Laurie Strode, sa petite sœur.
Difficile de savoir, aujourd’hui, quel est le vrai Rob Zombie’s Halloween. Workprint, version salle et dvd director’s cut étant de la partie, on hésite à savoir quelle version appartient au réalisateur. N’ayant vu, pour ma première vision que la version salle, je vais donc exclusivement m’y consacrer dans cet article. Remonté et reshooté (c’est très à la mode de ces temps-ci, vous avez remarqué ?) à la demande des Weinstein, le film est, de l’avis général, bancal. En effet, la vraie innovation de cette préquelle-remake (l’objet est déjà hybride dans son concept) tient dans sa première partie. Possédant typiquement la Rob Zombie’s touch (insultes jouissives et Sheri Moon dénudée compris) cette portion développe le cadre social et la jeunesse perturbée du jeune Myers. On y retrouve un William Forsythe en beau-père odieux, une Sheri Moon aimante et touchante, un Daeg Faerch très convaincant ainsi qu’un Malcolm McDowell en Loomis très « Peace & Love ». On nous démontre donc ici toutes les misères faites au petit Myers. Une espèce de « pourquoi du comment » autrement dit. La folie finit alors par éclater dans des meurtres sanglants exécutés avec une froideur tétanisante. Jusqu’ici, on a bon. On a bien compris que Zombie adopte une approche différente du classique de Carpenter. Michael Myers est un humain psychotique, sans (presque) aucune notion du bien ou du mal. Il est un être intérieurement rongé par le mal mais n’est plus cette menace surréelle, ce boogeyman fantomatique du chef d’œuvre de Big John.

Halloween-Rob-Zombie.jpg
Magie de l’ellipse, nous voici 15 ans plus tard. Myers est devenu une impressionnante montagne de barbarie cachée derrière un masque en carton-pâte (excellent Tyler Mane). Cette partie que beaucoup qualifient comme frustrante, reprend effectivement la trame de son modèle sans changement radical. Il faut toutefois préciser qu’on est loin du remake plan par plan ! On est maintenant dans le slasher classique mais il s’agit tout de même de slasher de qualité comprenant plus d’une scène où la brutalité du personnage s’exprime fastueusement. Là où ça coince, c’est que d’une part il n’y ait pas véritablement d’ambiance angoissante ou de climat de terreur et que d’autre part, de nombreux personnages cessent d’exister ou n’existent jamais vraiment. Laurie Strode, malgré son déchaînement lors des derniers plans, est assez fade, le shérif interprété par Brad Dourif aurait mérité plus de scènes et Loomis est même quelque peu effacé, ne gagnant jamais véritablement son statut de Nemesis. Et là où le film se contredit carrément, c’est lors du final à rallonge où Myers redevient increvable comme chez Carpenter. On peut alors parier que toute cette fin soit le fruit des exigences des Weinstein. Rob Zombie semble lui-même nous le dire explicitement lors de cette scène dans la voiture où Loomis dit à Laurie : « C’est ici que j’aurai imaginé que tout se termine ». Malgré tout, après cette étape, le film contient l’un ou l’autre moments que j’aime beaucoup comme celui où Michael détruit la maison familiale ou le final où Laurie se déchaîne enfin. Mais, malgré le fait que je trouve ces scènes visuellement jouissives, je le répète, le film se serait terminé plus tôt, ça aurait été bien plus logique.
Comme beaucoup de films ultra attendus, Halloween déçoit par son statut de film hybride. Il y a dans cette version heureusement souvent du très bon et quelque fois du moyen, voir même des choses qui fâchent mais il s’agit quand même du meilleur Halloween vu depuis des décennies. Passer derrière pas moins de 8 films dédiés au tueur d’Haddonfield et surtout oser remaker un film de Carpenter, il fallait le faire. Le chemin n’a pas dû être des plus faciles mais au final, il s’agit tout de même de mon Halloween préféré après celui réalisé par le maître en 1978. C’est déjà énorme, je trouve.

Note : 4.5/6

Halloween-Zombie.jpg

Publié dans Salles Obscures

Commenter cet article

Gally 31/10/2007 19:27

Je l'attendais avec impatience ta critique Sam's , j'étais curieuse de connaitre ton opinion et chuis pas déçue !Pour moi le Halloween de Rob Zombie est un bon film , ça aurait été un chef d'oeuvre si il avait fait SON film ( la premiére partie du film atteste de cela je trouve ) , malheureusement , c'est un remake et donc ben la deuxiéme partie "sombre " dans le copier /coller pas glop, la cerise sur le gateau revient a la laurie strode que j'ai trouvé insupportable :-| BREF, un bon film, Rob aime toujours autant filmer les fesses de sa Sheri moon adorée , il a rendu un pitain de bel hommage a Carpenter ET a Myers  , rien que pour ça, ça vaut le coup de le voir ce film ..

Sam's 01/11/2007 00:11

Clair que c'est à voir! Pour ma part, c'est seulement le second Halloween que je vois en salle et il vaut largement le déplacement! (le précédent étant H20 que j'avais trouvé sympa).