MOH2: Valerie on the stairs (La Muse)

Publié le par Sam's

affiche-Valerie-on-the-stai.jpgRéalisation : Mick Garris. Scénario : Mick Garris d’après une nouvelle de Clive Barker. Musique : Richard Band. Interprètes : Tyron Leitso, Clare Grant, Christopher Lloyd, Tony Todd, Jonathan Watton,…


Mick Garris s’octroie une fois de plus le statut de « Master of Horror » (malheureusement, personne n’est en mesure de l’en empêcher) avec cette adaptation d’une nouvelle de Clive Barker. Connaissant l’auteur d’Hellraiser, on pouvait s’attendre à un troublant mélange de sexe et d’horreur mais vu que c’est Mick qui réalise, le résultat tient plutôt de l’ennui et du ridicule.
Un jeune écrivain emménage dans une maison habitée par des artistes déchus afin d’y trouver l’inspiration pour son premier best seller. Régulièrement, le jeune homme reçoit la visite d’une femme mystérieuse, Valérie, qui semble être poursuivie par un démon. Tombant amoureux de la fantasmatique jeune femme, il va tenter de la sauver et de découvrir ce qui se trame auprès des autres locataires.
Une muse qui se les gèle au haut des marches d’un escalier, un démon ringard qui ne la lâche pas d’une semelle et un jeune auteur embarqué dans une histoire étrange au sein d’une maison hantée par les fantasmes d’écrivains n’ayant jamais connus la renommée. Voilà de quoi est composé Valerie on the stairs. Peut être que cela aurait fait un bon épisode sous la direction d’un vrai cinéaste. Mais  dans le cas présent, Mick Garris appuie sa mise en scène (foultitude de plans en plongée filmés de traviole) et foire la plupart de ses effets horrifiques. Sous la caméra du réalisateur, tout ou presque perd de sa saveur : le démon, interprété par Tony Candyman Todd, se transforme en une insipide créature qui ne fera pas long feu (haha), le génial Christopher Lloyd n’a pas le traitement qu’il mérite, les effets gores n’impressionnent guère, le final est CGIquement vôtre, etc. Il y a bien une petite aura gothico-poétique qui survole tout ça mais rien de bien convaincant. On est qualitativement un poil au dessus de Chocolat, mais ce n’est pas encore le pied. Allez Mick, un jour peut être qui sait….

Note : 2/6

Valerie-on-the-stairs.jpg

Publié dans Home Cinema

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article